Masques en tissu: info ou intox?


Depuis le début du confinement en France, les appels à la confection de masques en tissus se multiplient sur le net. Mais les infos qui circulent sur le sujet disent un peu tout et son contraire.


Avant de diffuser quoi que ce soit ici, j’ai voulu trier le vrai du faux. J’ai lu tous les articles sérieux, j’ai décortiqué les résultats de tests d’efficacité des masques en tissu (car oui, il en existe),


La réponse est sans appel : tous à vos machines, il est urgent de coudre des masques en tissu !



Mais je reviens de loin. Car pour tout vous dire, j’étais initialement plus que sceptique sur l’utilité réelle de ces masques.


Mon avis a commencé à changer lorsque des personnels soignants nous ont contacté pour savoir si nous avons encore du stock, et aussi invraisemblable que cela puisse paraître, ils n’ont aucun matériel de protection.


COMPRENDRE LES FACTEURS DE TRANSMISSION DU COVID-19

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le virus se transmet par gouttelettes respiratoires expulsées par le nez ou par la bouche. Elle rappelle alors qu'il est peu probable de contracter le Covid-19 en se promenant dans la rue, à moins qu'un malade ne tousse ou n'éternue à moins d'un mètre de vous. Concernant la transmission par les objets, elle est possible, car le virus peut survivre plusieurs heures sur les surfaces, mais cela reste rare, comme le souligne le bactériologue Xavier Nassif.

Le Covid-19 a la particularité d’être très contagieux : en effet, une personne contaminée peut transmettre la maladie jusqu'à 2 semaines avant l'apparition des symptômes. Sans parler des porteurs sains qui, sans avoir de symptômes, peuvent néanmoins transmettre la maladie.

Toutefois, un porteur sain serait moins contagieux par rapport à une personne qui présente des symptômes puisqu'il ne tousse et n'éternue pas. " Quelqu'un qui n'a pas de symptôme certes pourrait être porteur mais finalement a peu de moyens de diffuser le virus", indique Jérôme Salomon, directeur général de la Santé.

COMPRENDRE LES DIFFÉRENTS TYPES DE MASQUES

Avant tout, je pense qu’il est important de comprendre les différents types de masques, résumés dans ce tableau :


Ainsi, il faut bien comprendre qu’un masque en tissu, aussi appelé masque barrière, n’est pas un dispositif médical. Cependant, il peut agir tel une première barrière qui va retenir partiellement les projections de gouttelettes et évitera les contacts main-bouche. Il va donc améliorer vos gestes barrière et ainsi protéger votre environnement.

Mieux vaut cela que rien du tout mais ATTENTION A LA FAUSSE IMPRESSION DE SÉCURITÉ !!

MASQUE EN TISSU ET PRÉCAUTIONS D’UTILISATION

Les masques en tissus sont décriés par certains médecins pour la fausse impression de sécurité qu’ils procurent à ceux qui n’auraient pas connaissance des précautions d’utilisation.

S’ils sont mal utilisés, ils peuvent devenir inefficaces et dangereux.

Car comme l’OMS le souligne pour les masques FFP2 et les masques chirurgicaux, les masques en tissus doivent également suivre ces règles : "le masque n’est efficace que s’il est associé à un lavage des mains fréquent avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon". Ensuite, le masque doit "recouvrir le nez et la bouche et être ajusté au mieux sur votre visage. Il ne faut absolument pas toucher le devant quand il est porté. »

Ainsi, il convient:

  •  de se laver les mains avant et après avoir manipulé son masque, qu'il s'agisse de le mettre ou de l'enlever,

  • de ne jamais toucher son masque une fois en place,

  • de le stocker dans un sac plastique propre en attendant le lavage.

UN MASQUE EN TISSU EST-IL VRAIMENT EFFICACE ?

Le 27 mars 2020, l'AFNOR (Association Française de Normalisation) publiait un guide destiné aux professionnels comme aux particuliers concernant la conception des masques barrières, fruit d'une concertation de plus de 150 experts. On y comprend qu'un masque barrière est une mesure barrière supplémentaire permettant de limiter la transmission du virus. Il n'est donc pas dénué d'intérêt dans un contexte de pénurie de masques. Pour télécharger le communiqué officiel de l'AFNOR, rdv sur cette page. Votre inscription vous permettra en outre de recevoir automatiquement les éventuelles mises à jour.

D'autre part, je vous livre ici les liens vers 3 études réalisées avant 2019, ainsi qu’un bref résumé de leurs conclusions :


-  Les masques en tissu peuvent-ils protéger contre le coronavirus ? Conclusions : Les masques en coton faits maison ont capturé 50% des particules de 0,02 à 1 micron, contre 80% pour le masque chirurgical. Bien que les masques chirurgicaux aient capturé 30% de particules en plus, les masques en coton se sont étonnamment bien comportés. Les chercheurs ont conclu que les masques faits maison seraient mieux que rien. Les résultats ont montré que l'humidité et le temps avaient très peu d'impact sur l'efficacité pour aucun des masques.


- Quels sont les meilleurs matériaux à utiliser pour la confection d'un masque en tissu ? Conclusions : les tissus ont été testés selon leur capacité à retenir les particules et leur respirabilité. Les chercheurs ont conclu que le coton épais est le meilleur choix. Ce matériau filtre environ 50% des particules de 0,2 micron. Il est aussi facile de respirer à travers un masque en coton épais qu’à travers les masques chirurgicaux, ce qui les rend plus confortables à porter pendant plusieurs heures. Le fait de doubler les couches de matériau de votre masque augmente très légèrement l'efficacité de la filtration, mais peut rendre le masque plus difficile à respirer.


- Dans quelle mesure les masques professionnels et faits maison protègent-ils contre les infections respiratoires ? (étude menée en 2008 pendant l'épidémie du SRAS) Conclusions : les masques chirurgicaux offrent environ deux fois plus de protection que les masques faits maison. Les masques FFP2 procurent environ 50 fois plus de protection que les masques faits maison et 25 fois plus de protection que les masques chirurgicaux.

A QUI S’ADRESSENT LES MASQUENT EN TISSU ?

Les masques en tissu sont acceptables pour les sujets asymptomatiques qui ont vraisemblablement une charge virale faible à nulle, à conditions de respecter les précautions d’utilisations détaillées plus haut.

Ils peuvent s’avérer très utiles, en cas de pénurie, pour : - les professionnels non soignants de l’hôpital - les infirmiers libéraux - les caissiers - les employés de l’agroalimentaire - le personnel des EHPAD - le personnel en Mairie - les employés postaux…

MATIÈRES

Quelque soit le tissu utilisé, il n’aura pas la capacité à arrêter le virus car ce n’est pas un dispositif médical. La taille du virus est si infime que seul un masque FFP2 sera capable de réellement le filtrer.


Un masque en tissu assurera néanmoins une protection partielle. Le plus important sera de ne JAMAIS toucher le masque une fois en place et de TOUJOURS se laver les mains AVANT et APRES l’avoir touché.


Concernant le tissu principal, la meilleure matière à utiliser sera le coton épais type popeline (cf conclusions des études détaillées ci-dessus).


D’autre part, pour le docteur Stéphane Gayet, du CHRU de Strasbourg, il faudrait glisser entre 2 couches de tissu un matériau permettant une filtration microscopique qui arrête les micro-gouttelettes émises par la toux, la parole forte ou un éternuement, par exemple du feutre, ou un filtre d’aspirateur.

Je me suis longuement arrêtée sur ce point car j'ai trouvé difficile de savoir précisément quel tissu utiliser.


D’après mes lectures, voici mes conclusions : le filtre intérieur doit être dans une matière intissée pour permettre une meilleure retenue des micro-gouttelettes. Un textile intissé (ou non-tissé) est « un textile dont les fibres sont aléatoirement disposées au moment de sa fabrication. Sa forme la plus ancienne semble être le feutre » (source ici).


On comprend donc que le filtre ne doit être ni en chaîne et trame (popeline, batiste, double-gaze, satin, etc…), ni en maille (jersey, molleton sweat, etc…).


Il peut exister 2 type de matériaux intissés :

- les lavables (à coudre entre 2 épaisseurs de coton): ouate, ouatine, certains molletons, feutrine à condition qu’ils soient fins (attention tous ne sont pas intissés)

- les jetables (à glisser à l’intérieur du masque et à jeter après chaque utilisation): nappe, set de table, taie d’oreiller jetable, filtre à café, lingette dépoussiérante antistatique

Pour savoir si votre matière est intissée, il faut observer sa structure. Et essayer de la déchirer: si elle se déchire (même difficilement) n'importe comment, et que de petites fibres s'en échappent, c'est que c'est de l'intissé. Si elle ne se déchire pas et que l'on peut apercevoir des lignes bien parallèles, ce n'est pas de l'intissé.


Le coton matelassé peut ainsi être une très bonne option puisque le matelassage est réalisé avec du molleton type ouatine. La condition sera donc d’avoir un matériau suffisamment fin pour ne pas gêner la respiration.


Vous pouvez retrouver sur ce lien une base de donnée assez complète de matières testées quant à leur capacité à laisser passer l'air (respirabilité) et à retenir les projections.


CONCLUSION


Ce qu’il faut donc retenir :

- un masque en tissu n’est pas un dispositif médical,

- un masque en tissu permet d’améliorer les gestes barrières : diminution du contact main-bouche,

- un masque en tissu permet d’éviter de contaminer les autres avec ses postillons,

- un masque en tissu permet d’insister sur la distanciation sociale : si l’on vous voit avec un masque, vous pouvez être certain qu’il y aura plus d’un mètre entre vous et les autres,

- coudre un masque tissu permet de prévenir la pénurie,

- coudre un masque tissu permet de préserver le stock de masques FFP2 et chirurgicaux pour les soignants,

- pour une bonne efficacité, il est préférable de choisir du coton épais pour le tissu extérieur et la doublure,

- pour une meilleure efficacité, un "filtre" dans une matière intissée doit être inséré entre les 2 premières épaisseurs,

- un masque en tissu ne vous dispense pas de vous laver les mains,

- pour être efficace, un masque en tissu doit se porter de la bosse du nez jusqu’en dessous du menton,

- avant de mettre votre masque, lavez-vous les mains et ne touchez plus au masque une fois en place !

- si je dispose de masques chirurgicaux ou FFP2, je les offre au personnel soignant.

77 vues

ARES UNIFORM

79, Rue Gambetta

60100 Creil

Mail : contact@aresuniform.fr

Restez connecté

Protection des données personnelles
Recrutement

© 2019 ARES UNIFORM ® - Tous droits réservés